Zoom sur

Anaël Alonso

"Allez-y Alonso !"

Qui es-tu ? 

Je m’appelle Anaël Alonso, j’ai 32 ans, je suis né à côté de Béziers et je suis vidéaste. Je suis réalisateur, parfois chef opérateur, mais globalement j’ai beaucoup de projets où je suis polyvalent.

L'interview

Quel a été ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Concernant mon parcours, il est assez généraliste. J’ai fait un DUT et deux licences professionnelles dans le secteur de la communication où j’ai appris un peu ce qui se faisait en vidéo sans approfondir les aspects techniques.

Pendant mon DUT Services et Réseaux de Communication à Béziers, j’ai appris tous les métiers du web, comme le codage, la rédaction d’articles, etc.

Ensuite, j’ai fait une licence professionnelle TAIS (Techniques et Activités de l’Image et du Son) près de Dijon, où j’ai fait beaucoup de photo, de print, de web et un peu de vidéo, mais plus axé sur le contenu et la stratégie. Suite à cette licence, j'ai postulé dans différents masters dans le secteur de la communication, où j’ai été accepté. Finalement, je me suis rendu compte que je voulais m’orienter vers une formation plus technique.

J’ai donc réalisé une seconde licence professionnelle de Concepteur Réalisateur Audiovisuel à l’université de Montpellier. Cela m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le secteur de la vidéo. Ce type de formation permet surtout d’apprendre à travailler en équipe et de rencontrer du monde. C’est d’ailleurs là que j’ai rencontré Xavier Laurent.

Après mes études, je suis venu à Toulouse pour créer une société d’audiovisuel avec Xavier et un autre collègue de classe. Xavier avait déjà du réseau puisqu’il avait fait son stage dans une société de production toulousaine. Mathieu, notre troisième associé, avait un père qui travaillait dans la communication, ce qui nous a permis d’avoir quelques clients pendant trois ans.

Nous ne connaissions pas grand-chose à la gestion d’une agence et aux tarifs, donc nous travaillions énormément pour peu d’argent ! Nous avons finalement décidé d’arrêter. Je suis resté à Toulouse et me suis mis en freelance en tant que vidéaste.

Au début de mon statut de freelance, j’ai également travaillé dans une agence qui faisait de la création de sites internet de réservation et de la communication pour les campings. J’y suis resté un an et demi pour avoir une stabilité à côté de mon activité de freelance, car je venais d’avoir un enfant et j’avais un peu peur de me lancer à 100% à mon compte dès le début.

Dans cette boîte, je m’occupais d'envoyer dans plusieurs campings des gens qui faisaient toutes les activités et les visites sur place avec des GoPros sur la tête, puis je montais ces plans séquences pour que les campings puissent les réutiliser dans leur communication. Rien de bien palpitant !

Puis, voyant que mes réalisations en indépendant marchaient bien, j’ai arrêté d’avoir peur et je me suis lancé à 100% en freelance. Depuis, c’est mon unique activité. Aujourd’hui, je travaille dans un espace de coworking appelé Capsule, où l’on retrouve un grand nombre d’indépendants dans les secteurs de la vidéo, du web et de la communication.

L’avantage de ce type d’espace de travail, c’est qu’on peut proposer des prestations communes à des clients, se prêter du matériel et se constituer un réseau grâce à chacun. Par exemple, j’ai déjà emmené une personne d’ici pour m’assister sur un tournage pour Bproduction.

En quoi consiste ton travail pour Bproduction ?

J’ai rencontré Antoine Vial pour la première fois il y a maintenant dix ans, lorsque nous avions notre boîte d’audiovisuel. Il voulait lancer des vidéos du style "Draw my life" chez Bproduction avec les débuts du motion design. Nous avions imaginé une vidéo ensemble autour de ce projet, qui ne s’était finalement pas concrétisé. Alors, quand je me suis lancé en freelance, c’était le seul que je connaissais dans le domaine de la production, donc je l’ai contacté pour lui proposer mes services.

Au départ, Bproduction Toulouse était vraiment axé sur le motion design, la vidéo étant plutôt sur Grenoble, donc il n’avait pas besoin de moi tout de suite. C’est seulement un an après qu’il m’a recontacté pour que nous commencions à travailler ensemble et depuis, je collabore très régulièrement avec Bproduction.

Ce que j’aime avec les projets Bproduction, c’est que je trouve chaque projet très intéressant. Les concepts sont excellents et je travaille régulièrement en équipe, ce qui permet le partage de connaissances et d’expertise de chacun : cela permet d’augmenter la qualité de production et d’enrichir ma propre expertise.

Cela change des réalisations que je fais seul pour d’autres entreprises et c’est la raison pour laquelle j’aime beaucoup travailler avec vous.

Côté perso, quelles sont tes passions, tes hobbies… ?

On peut dire que cela fait quelques années que je n’ai plus trop de temps pour mes passions, car j’ai eu des enfants et cela prend beaucoup de temps ! J’ai tout de même une passion principale qui est évidente : le cinéma. Ce que j’aime dans le cinéma, c’est qu'il regroupe un ensemble d’arts visuels et sonores qui me passionnent.

À l’époque, je regardais tous les films et séries qui sortaient. Maintenant, je suis plutôt l’actualité du cinéma, j’écoute pas mal de podcasts sur le sujet, mais je vais beaucoup moins voir de films en salle. J’ai dû aller au cinéma seulement quatre ou cinq fois en 2023.

Je suis aussi un grand passionné de matériel audiovisuel. Si j’avais un budget illimité, je dépenserais mon argent principalement là-dedans. Pour ce qui est du sport, j’ai fait du tennis il y a un moment et depuis, je ne fais plus rien. Je devrais en faire un minimum, mais déjà que je n’ai pas le temps pour aller au cinéma, je vais encore moins prendre le temps de faire du sport !

Sinon, je suis quelqu’un qui adore bien manger. Je fais souvent des restaurants gastronomiques avec ma femme et mon surnom dans mon groupe d’amis, c’est “Coup de Fourchette” (vous pouvez demander à Xavier, il confirmera).

Quelles sont tes inspirations dans ton travail ?

Je suis très sensible au mouvement et j’essaie de l’intégrer dans mes réalisations actuelles. C’est ce qui a fait ma marque de fabrique pendant de longues années, notamment sur des films corporate.

Je filmais beaucoup avec un stabilisateur et j’adorais faire des travelings. Aujourd’hui, j’essaie de travailler davantage avec des caméras portées car cela crée des émotions différentes à l’image. Ensuite, je dirais que mon expérience m’inspire aussi : plus le temps passe, plus notre œil devient aiguisé et plus nos productions s’améliorent.

Ton meilleur moment chez Bproduction ?

Je dirais que mon moment préféré, c’est la première fois qu’on m’a confié une vraie publicité, où j’ai pu ramener ma propre équipe. J’étais réalisateur sur ce projet, j’avais mon cadreur et je dirigeais les équipes. C’était la pub pour Hitech : Clickygo.

J’étais très heureux parce que j’avais l’impression qu’on m’avait confié un projet bien plus grand que ceux que j’avais faits auparavant et Ben avait l’air très content du résultat. Je trouve que c’est une belle preuve de reconnaissance de m’avoir confié cette réalisation alors que, jusqu’ici, j’étais plutôt le vidéaste à tout faire.

Globalement, les relations avec la teamBprod se passent toujours très bien. C’est un réel plaisir de travailler avec des gens avec qui je m’entends très bien, que ce soit avec les chefs de projet ou même les clients. J’ai toujours eu de bonnes expériences.

L'interview

Tes deux productions préférées
chez Bproduction ?

Corporate

Ma première production préférée est évidemment la publicité pour Hitech : Clickygo.

Comme je l’ai mentionné précédemment, j’étais vraiment responsable de ce projet durant le tournage et j’ai adoré cette expérience.

Témoignage

Ma première production préférée est évidemment la publicité pour Hitech : Clickygo.

Comme je l’ai mentionné précédemment, j’étais vraiment responsable de ce projet durant le tournage et j’ai adoré cette expérience.

Animation 2D & 3D

Ma première production préférée est évidemment la publicité pour Hitech : Clickygo.

Comme je l’ai mentionné précédemment, j’étais vraiment responsable de ce projet durant le tournage et j’ai adoré cette expérience.

Corporate

Le Lot - La mémoire de l'eau

La deuxième est la production pour Le Lot : La mémoire de l’eau. L’expérience de tournage était très enrichissante.

J’avais rarement réalisé des prestations comme celles de ce projet, avec la composition de musique sur-mesure, la direction de la voix off, etc. La plupart des aspects de ce projet étaient nouveaux pour moi et j’adore la forme de cette vidéo : c’est un véritable récit qui prend son temps et qui est contemplatif.

Témoignage

La deuxième est la production pour Le Lot : La mémoire de l’eau. L’expérience de tournage était très enrichissante.

J’avais rarement réalisé des prestations comme celles de ce projet, avec la composition de musique sur-mesure, la direction de la voix off, etc. La plupart des aspects de ce projet étaient nouveaux pour moi et j’adore la forme de cette vidéo : c’est un véritable récit qui prend son temps et qui est contemplatif.

Publicité

La deuxième est la production pour Le Lot : La mémoire de l’eau. L’expérience de tournage était très enrichissante.

J’avais rarement réalisé des prestations comme celles de ce projet, avec la composition de musique sur-mesure, la direction de la voix off, etc. La plupart des aspects de ce projet étaient nouveaux pour moi et j’adore la forme de cette vidéo : c’est un véritable récit qui prend son temps et qui est contemplatif.

Animation 2D & 3D

La deuxième est la production pour Le Lot : La mémoire de l’eau. L’expérience de tournage était très enrichissante.

J’avais rarement réalisé des prestations comme celles de ce projet, avec la composition de musique sur-mesure, la direction de la voix off, etc. La plupart des aspects de ce projet étaient nouveaux pour moi et j’adore la forme de cette vidéo : c’est un véritable récit qui prend son temps et qui est contemplatif.

Citation

"Allez-y Alonso !"

Quelle est la phrase ou le dicton qui te définit le mieux ?

Le dicton qui me définit le mieux serait "Allez-y Alonso". C’est une petite référence à un CV vidéo que j’avais fait à l’époque du DUT où, à la fin, je disais aux entreprises "Alonso, allez-y !" pour les convaincre de me recruter !