Zoom sur

Lucie Fièvre

"L’émotion est la source principale de toute prise de conscience."

Qui es-tu ? 

Moi, c'est Lucie Fièvre, j'ai 38 ans et je suis cadreuse, réalisatrice et opératrice Steadicam. Je travaille en freelance pour plein de boîtes différentes, que ce soit pour du clip, du corporate, de la fiction, de la pub.

L'interview

Quel a été ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Après mon bac, j'ai fait deux ans en fac d’art du spectacle à Paris-Dix-Nanterre. Déçue par le manque de pratique, j’ai opté pour une année sabbatique pour travailler et économiser. J'ai ensuite intégré l'ESRA à Paris 15 pendant deux ans, mais j'ai préféré investir dans une caméra plutôt que de continuer des études théoriques coûteuses.

Les débuts ont été difficiles, travaillant chez McDo tout en jonglant avec des tournages. J’ai fini par devenir intermittente en travaillant sur des scripted reality à la télé, une expérience très formatrice malgré le manque de satisfaction artistique. 

La télé ne me rendait vraiment pas heureuse. Je voulais faire du cinéma, de la fiction où raconter des histoires. 

J'ai donc quitté le monde de la télé pour le freelance, réalisant des vidéos corporates et des clips avec mes anciens collègues. Ce sont des personnes avec qui je suis devenue amie et c'est avec eux que j'ai pu faire du clip, de la fiction et plein d’autres choses différentes. 

De fil en aiguille, j’ai rencontré encore plus de personnes, mon réseau s’est agrandi et j’ai pu faire plein de vidéos différentes avec des personnes, des entreprises ou des boîtes de production différentes. Par exemple, J’ai travaillé avec Alain et Lucas qui sont des réalisateurs assez connus dans l’univers du clip. 

Depuis plus de deux ans, je dirige ma propre boîte de production avec mes associés, Azimut Productions, où je m’épanouis en tant que réalisatrice. Je continue également à collaborer avec des entreprises comme Bproduction dans la réalisation de films corporates.

En quoi consiste ton travail pour Bproduction ?

J’ai connu Bproduction par le biais de Manon Rouanet en 2015. Ma première production était pour un designer de meubles : Faustine Ferrero.  

Depuis, je m'occupe de la réalisation de projet qui inclut la pré-production, la production et la post-production. C'est-à-dire que dans 50% des cas, on réfléchit au projet ensemble. Au tout début, il n'y avait pas vraiment de concepteurs-narrateurs donc nous réfléchissions aux projets et nous écrivions les scénarios. 

Maintenant, Bproduction s’entoure quasi exclusivement de concepteurs narrateurs, donc j’interviens un peu plus tard dans la phase de production. Ensuite, en tant que réalisatrice, je vais sur les tournages mettre en scène et diriger les comédiens ou non-comédiens ! 

Côté perso, quelles sont tes passions, tes hobbies… ?

Alors, pour être honnête, ma principale passion a toujours été mon travail. Depuis mon enfance, j'ai toujours aimé écrire et inventer des histoires, peu importe la forme qu'elles prennent.

En ce moment, j'aime beaucoup le squash. J'essaie de me mettre au sport parce que je sens que j’en ai besoin et mon corps aussi ! Donc je fais un peu d'escalade aussi et du yoga. 

J'adore voyager. Explorer de nouveaux pays et découvrir différentes cultures est passionnant. C’est également un moyen de décompresser et de m'éloigner du stress inhérent à mon métier. La reconnaissance peut être rare dans ce domaine, donc ces voyages me permettent de prendre du recul et de me ressourcer.

J'ai eu la chance de visiter plusieurs endroits fascinants comme la Guadeloupe, le Pérou, la Bolivie, le Chili, le Vietnam, le Laos, le Cambodge, l’Indonésie et la Norvège. Chaque voyage m'apporte une nouvelle perspective et enrichit ma vie personnelle et professionnelle.

Quelles sont tes inspirations dans ton travail ?

Je dirais que ça vient un petit peu de tout. En termes de cadrage, dans l’aspect technique, c'est clairement la BD et les comics. C'est aussi le cinéma américain dans le cadrage. Je trouve qu'ils ont tout compris dans la manière de raconter des histoires avec l'axe qu'ils ont choisi. Les cadres qui sont à un niveau très frontaux, très à la française ne m’inspirent pas du tout. J'aime être un petit peu en plongée, en contre-plongée et on retrouve beaucoup ça dans les comics. 

Pour le Steadicam, les inspirations vont venir de tout ce que font mes collègues ou tout ce que d'autres collègues américains, européens ont pu faire dans des films. Je vais regarder comment la mise en scène est liée au mouvement de caméra. 

Je m'inspire de plus en plus du jeu d'acteur pour savoir comment rendre crédibles les dialogues et éviter le sur-jeu. Maintenant, quand je regarde un film, je me concentre vraiment sur la façon dont les acteurs interprètent leurs rôles.

En résumé, mes inspirations sont le cinéma, les clips et la vie de tous les jours.

Ton meilleur moment chez Bproduction ?

Mon moment préféré avec Bproduction a été le tournage du projet pour ISAE Supaero : "Tomorrow is our purpose". Ces jours de tournage ont marqué un véritable tournant pour l'équipe, avant et après, il y a eu une nette différence. Pour moi, pour Bproduction, pour Pierre Audric qui nous accompagnait lors de ce tournage. 

Nous avons vraiment réalisé quelque chose de formidable à ce moment-là, en prenant le temps de concrétiser exactement ce que nous avions imaginé pour créer le meilleur film possible, ce qui est assez rare.

L'interview

Tes deux productions préférées
chez Bproduction ?

Corporate

Alors ma première production préférée c’est le film témoignage pour Expertise France : Biodiversity Needs YouTH. J’ai travaillé avec Manon sur cette production au steadicam et au cadrage.

C’est un film rempli de sincérité. Le côté multilingue amène une dynamique à la vidéo malgré une durée assez longue. Le mix entre film lifestyle / corporate classique est vraiment intéressant. 

Publicité

Alors ma première production préférée c’est le film témoignage pour Expertise France : Biodiversity Needs YouTH. J’ai travaillé avec Manon sur cette production au steadicam et au cadrage.

C’est un film rempli de sincérité. Le côté multilingue amène une dynamique à la vidéo malgré une durée assez longue. Le mix entre film lifestyle / corporate classique est vraiment intéressant. 

Animation 2D & 3D

Alors ma première production préférée c’est le film témoignage pour Expertise France : Biodiversity Needs YouTH. J’ai travaillé avec Manon sur cette production au steadicam et au cadrage.

C’est un film rempli de sincérité. Le côté multilingue amène une dynamique à la vidéo malgré une durée assez longue. Le mix entre film lifestyle / corporate classique est vraiment intéressant. 

Témoignage

J'adore le premier film que j’ai coréalisé avec Manon : Itancia. Je trouve qu’il a bien vieilli. Les plans avec le drone étaient très réussis et nous avions beaucoup réfléchi à la structure du film en amont.

Chaque détail avait été découpé, plan par plan, et je pense que c'est pour cette raison qu’il résonne encore aujourd’hui.

Publicité

J'adore le premier film que j’ai coréalisé avec Manon : Itancia. Je trouve qu’il a bien vieilli. Les plans avec le drone étaient très réussis et nous avions beaucoup réfléchi à la structure du film en amont.

Chaque détail avait été découpé, plan par plan, et je pense que c'est pour cette raison qu’il résonne encore aujourd’hui.

Animation 2D & 3D

J'adore le premier film que j’ai coréalisé avec Manon : Itancia. Je trouve qu’il a bien vieilli. Les plans avec le drone étaient très réussis et nous avions beaucoup réfléchi à la structure du film en amont.

Chaque détail avait été découpé, plan par plan, et je pense que c'est pour cette raison qu’il résonne encore aujourd’hui.

Citation

"L’émotion est la source principale de toute prise de conscience."

Quelle est la phrase ou le dicton qui te définit le mieux ?

La citation qui me définit le mieux c’est “L’émotion est la source principale de toute prise de conscience.” J’applique cette citation dans mon travail parce que je cherche toujours à capter le public de mes vidéos, en ajoutant une touche d’émotion. Que ce soit dans la musique, dans une parole, un geste ou un regard, pour moi l’émotion c’est la clé d’une vidéo réussie et prenante