Zoom sur

Rémi Boisserie

"Agissez toujours comme s'il était impossible d'échouer."

Qui es-tu ? 

Je m’appelle Rémi Boisserie, j'ai 26 ans et je suis motion designer et bordelais depuis peu !

L'interview

Quel a été ton parcours scolaire et professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

J'ai fait un bac STMG marketing, puis un BTS MCO à Bergerac, car au départ, je voulais être conseiller financier. Finalement, je trouvais que cet univers était trop cadré, trop formel et ça ne me convenait pas du tout. Comme je dessine depuis que je suis tout petit, le dessin a résonné à ce moment-là, donc j'ai décidé de faire une mise à niveau en arts appliqués à Toulouse.

Je voulais faire de la 3D lorsque je me suis réorienté, mais pendant la mise à niveau, j’ai découvert la matière de design graphique et j'ai adoré. J’ai ensuite fait un BTS design graphique, médias imprimés, puis un master en motion design.

À la fin de mon master, j’ai fait mon stage de validation chez Bproduction en tant que motion designer pendant six mois et j’ai été gardé en CDD pendant dix mois ensuite, puis en CDI.

Aujourd'hui, je continue à travailler avec Bproduction en tant que motion designer en freelance et, à côté, je me forme davantage au tatouage, car c’est quelque chose que j’ai toujours adoré et voulu faire.

En quoi consiste ton travail pour Bproduction ?

Pour Bproduction, je fais principalement du titrage. Je ne suis pas trop tourné vers la direction artistique et le storyboard.

On peut dire que je suis plus un technicien qu'un créatif, car même si j’aime bien le côté création, je préfère largement passer mon temps sur After Effects à animer une direction artistique ou un storyboard déjà créé, plutôt que de les créer sur Photoshop ou Illustrator.

Côté perso, quelles sont tes passions, tes hobbies… ?

Comme mentionné précédemment, je suis principalement passionné par le dessin et par l'univers du tatouage. Je suis aussi passionné de sport : j'ai fait du karaté, de la boxe, du foot et de la musculation, et prochainement, je vais faire du MMA.

La culture japonaise est également l’une de mes passions. L’un de mes rêves serait de visiter ce pays, mais c’est un voyage à organiser et il faut un sacré budget ! Je pense que cette passion s’explique par mon enfance, qui a été bercée par Dragon Ball Z et différents animés et mangas, que je regarde et lis encore aujourd’hui.

Quelles sont tes inspirations dans ton travail ?

J'aime beaucoup le travail de Nobl, un studio de motion design français qui a réalisé la vidéo de présentation du festival Motion Motion, un festival très reconnu en France et en Europe. Je les trouve vraiment talentueux, ils sont excellents. De plus, ils font des projets hyper sympas et apportent un dynamisme à chacun de leurs projets.

Sinon, je puise mon inspiration un peu partout. En fait, le motion design, c'est tellement large. On peut s'appuyer autant sur du design graphique que sur de la photo, de la vidéo ou des directions artistiques de réalisation. Donc, je n'ai pas vraiment de référence précise. Mais je fais tout de même un peu de veille sur Instagram, Pinterest ou Dailymotion.

Ton meilleur moment chez Bproduction ?

Mon moment préféré, c’est mon premier jour chez Bproduction. J'ai eu la chance d'arriver au moment où l'équipe de Grenoble était sur Toulouse, donc pour mon premier soir de stage, on a fait un resto et on est allé au bar tous ensemble. 

Ça m’a permis de rencontrer toute l’équipe physiquement dès mon premier jour, et je me suis senti tout de suite intégré. 

Franchement, je ne pouvais pas espérer mieux pour une intégration et je pense que ça a beaucoup joué sur le fait que je me suis senti vite à l'aise et en confiance dans l’entreprise. J'étais seulement en stage, mais je sentais que j'étais à ma place !

L'interview

Tes deux productions préférées
chez Bproduction ?

Corporate

Ma première production préférée est la série de témoignages pour Carnauto.

Pendant mes études, j’aimais beaucoup le côté technique du motion design, et deux mois après le début de mon stage, j'ai eu ce projet en full titrage. 

Comme c’était quelque chose que je maîtrisais bien et que j’avais du temps, étant stagiaire avec moins de projets en parallèle, je me suis vraiment investi dans ce projet et je me suis beaucoup amusé à le faire. 

En plus, j’avais fait des planches de direction artistique qui avaient beaucoup plu, et je n’avais quasiment pas eu de retours dessus, c’était presque du one shot.

Témoignage

Ma première production préférée est la série de témoignages pour Carnauto.

Pendant mes études, j’aimais beaucoup le côté technique du motion design, et deux mois après le début de mon stage, j'ai eu ce projet en full titrage. 

Comme c’était quelque chose que je maîtrisais bien et que j’avais du temps, étant stagiaire avec moins de projets en parallèle, je me suis vraiment investi dans ce projet et je me suis beaucoup amusé à le faire. 

En plus, j’avais fait des planches de direction artistique qui avaient beaucoup plu, et je n’avais quasiment pas eu de retours dessus, c’était presque du one shot.

Publicité

Ma première production préférée est la série de témoignages pour Carnauto.

Pendant mes études, j’aimais beaucoup le côté technique du motion design, et deux mois après le début de mon stage, j'ai eu ce projet en full titrage. 

Comme c’était quelque chose que je maîtrisais bien et que j’avais du temps, étant stagiaire avec moins de projets en parallèle, je me suis vraiment investi dans ce projet et je me suis beaucoup amusé à le faire. 

En plus, j’avais fait des planches de direction artistique qui avaient beaucoup plu, et je n’avais quasiment pas eu de retours dessus, c’était presque du one shot.

Animation 2D & 3D

Ma première production préférée est la série de témoignages pour Carnauto.

Pendant mes études, j’aimais beaucoup le côté technique du motion design, et deux mois après le début de mon stage, j'ai eu ce projet en full titrage. 

Comme c’était quelque chose que je maîtrisais bien et que j’avais du temps, étant stagiaire avec moins de projets en parallèle, je me suis vraiment investi dans ce projet et je me suis beaucoup amusé à le faire. 

En plus, j’avais fait des planches de direction artistique qui avaient beaucoup plu, et je n’avais quasiment pas eu de retours dessus, c’était presque du one shot.

Corporate

Ensuite, la série de témoignages pour Acritec est ma deuxième production préférée. 

C’était aussi du titrage et j’ai pu tester une technique que je voulais faire depuis un moment, car la réalisation le permettait : celle d’incruster du motion design dans le décor. 

C’est vraiment ce qui m’attire dans le motion design : le fait de mêler le motion avec l’image d’illustration, faire comme si les deux ne faisaient qu’un.

Témoignage

Ensuite, la série de témoignages pour Acritec est ma deuxième production préférée. 

C’était aussi du titrage et j’ai pu tester une technique que je voulais faire depuis un moment, car la réalisation le permettait : celle d’incruster du motion design dans le décor. 

C’est vraiment ce qui m’attire dans le motion design : le fait de mêler le motion avec l’image d’illustration, faire comme si les deux ne faisaient qu’un.

Animation 2D & 3D

Ensuite, la série de témoignages pour Acritec est ma deuxième production préférée. 

C’était aussi du titrage et j’ai pu tester une technique que je voulais faire depuis un moment, car la réalisation le permettait : celle d’incruster du motion design dans le décor. 

C’est vraiment ce qui m’attire dans le motion design : le fait de mêler le motion avec l’image d’illustration, faire comme si les deux ne faisaient qu’un.

Citation

"Agissez toujours comme s'il était impossible d'échouer."

Quelle est la phrase ou le dicton qui te définit le mieux ?

Le dicton qui me définit le plus est “Agissez toujours comme s'il était impossible d'échouer” car quand je me lance dans un projet ou quelque chose dans la vie en général, je ne pose pas de questions. Je ne pense pas à l'échec, pour moi ce n’est même pas une option envisageable.