Projets en Production Vidéo & Drone : 06.51.97.61.35 / Projets en Motion Design : 06.88.94.17.87|contact@bproduction.fr

Quoi de mieux pour découvrir l’envers du décor d’une vidéo en motion design que de connaître l’expérience même d’un motion designer travaillant régulièrement pour Bproduction ?

Nous vous proposons de lire ci-dessous l’interview de Seb, motion designer passionné par son métier.

Peux-tu nous décrire ton métier de motion designer ?

Mon métier de motion designer est avant tout une passion.

Il consiste à mettre en images animées les besoins de communication d’un client qui peuvent être aussi bien de type publicitaire que corporate, pédagogique ou autres…

Je travaille le plus souvent de concert avec les chargés de production/de projet des agences de production ou de communication qui me contactent.
Ils me soumettent généralement un scénario ou un script voix off qu’ils ont rédigé en fonction du brief du client. Nous établissons ensemble une durée de production ainsi qu’une enveloppe budgétaire.

Ensuite, je prends le temps de séquencer le script en plusieurs planches, puis je les mets en image une à une en respectant les contraintes du client (charte graphique, informations particulières, …) ainsi que le message que l’animation finale devra véhiculer.

Une fois cette étape achevée, il en ressort un storyboard que je soumets via le chargé de projet à l’appréciation du client, pour lui permettre de faire des ajustements et lui apporter pleine satisfaction.

À ce moment du processus de création de la vidéo, le client a sous les yeux les bases figées de l’animation.

Il valide le « look » et les points clefs de sa future vidéo.

Tous ensemble, nous validons avec lui cette phase afin de lancer la suivante : la production de l’animation.

Pour pouvoir passer à cette étape d’animation, le motion designer doit découper des planches en parties animables.

Je sépare donc chaque élément qui constitue mes planches afin de pouvoir l’animer individuellement.

Ensuite, j’importe dans le programme d’animation mes éléments créés et découpés ainsi que la voix off et la musique qu’auront choisi le client et le chargé de projet.

Planche après planche les visuels figés proposés au client prennent vie. Je les lie les uns aux autres par des transitions plus ou moins complexes afin de constituer la vidéo complète.

Le travail d’animation prenant un certain temps, je ponctue mon travail de previews afin que le client puisse constamment porter un œil sur sa commande.

Une fois la vidéo terminée, elle est soumise au client pour effectuer les derniers ajustements et finaliser sa vidéo.

Pourquoi as-tu choisi d’exercer le métier de motion designer ?

J’ai choisi d’exercer le métier de motion designer car j’ai toujours été sensible aux effets spéciaux, au dessin, à la représentation des choses et au mouvement, à la publicité, au graphisme, au content marketing ou à l’art en général.
Et puis je suis issu d’une génération qui a grandi en phase avec le développement de l’informatique et qui a compris qu’il s’agissait là d’un moyen de s’exprimer, de créer, d’inventer, de communiquer.
Voyant que les techniques d’effets visuels se démocratisaient, j’ai plongé dans l’animation. Mais qui sait, peut être qu’un jour je me tournerai vers d’autres pôles de création comme la réalisation, car en tant que passionné, je voudrais connaître tous les domaines qui tournent autour de mon métier actuel de motion designer.

bproduction storyboard 2

Comment définirais-tu un « bon » motion designer, de quelles qualités a-t-il besoin ?

Je pense qu’il faut aimer le domaine du graphisme pour savoir en suivre les tendances et ne pas perdre le fil de la mode visuelle qui change régulièrement. Avoir le sens du mouvement et comprendre comment raconter une histoire et avoir un peu d’imagination pour mettre cette histoire en images. Il faut aussi être persévérant, exigeant et autonome face à son propre travail.

bproduction storyboard 3

Quelles peuvent être les difficultés du métier de motion designer ?

Elles peuvent être d’ordre matériel, car ce métier demande de s’équiper d’une bonne machine.
Ou bien d’ordre plus personnel, car il faut souvent s’avoir s’adapter aux délais et contraintes de productions qui freinent parfois les envies les plus folles des motions designers.
Le métier de motion designer implique également de se tenir informé des nouvelles techniques graphiques, des tendances du content marketing, etc…

Quelle est, selon toi, la différence entre l’illustration et le motion design ?

L’illustration est la première phase de la création d’une vidéo en motion design.
Mais, selon moi, un illustrateur est comme un peintre : c’est lui qui transcrit en image un concept ou une idée.
Un motion designer quant à lui, touche à l’illustration mais la met surtout en mouvement.

Comment imagines-tu l’avenir de ce métier ?

Je me pose régulièrement cette question, conscient que nous sommes dans une ère où les besoins de communiquer passent de plus en plus par la vidéo. Cependant, se poser la question de l’avenir du motion design c’est aussi se poser la question sur les nouveaux moyens de diffusion.
La VR (réalité virtuelle) est par exemple un des nouveaux outils de communication de ce métier.
D’autres courants semblent également se développer : le web, les applications smartphone, etc…
L’expérience utilisateur est devenue le centre névralgique de toute bonne campagne de communication, la mise en mouvement de l’image, les effets spéciaux et l’animation ont encore un avenir prometteur !

2018-07-11T10:30:33+00:00